Critique de la série Camping

Critique de la série Camping

Une bande d’amis décide de se réunir pour l’anniversaire de l’un d’entre eux. Un week-end prolongé en camping pour souligner ce joyeux évènement. Voilà ce que sa femme a prévu. Dès les premières minutes de la série, on reconnaît le type de personnage que Jennifer Garner va interpréter. La femme castrante, manipulatrice et contrôle freak. Le week-end est déjà bien défini dans un grand cartable et chacun est mieux de suivre à la lettre ce qu’elle a prévu. Cependant, c’est avec grand plaisir qu’on découvre une invitée surprise jouer par nul autre que Juliette Lewis. Une femme libérée, simple et attachante malgré son excentricité. Chaque personnage vivant avec un poids sur les épaules on découvre à travers les épisodes leur petite bête noire. Une série légère qui se regarde relativement bien. Le personnage de Jennifer Garner est particulièrement irritant. Trop c’est comme pas assez et elle est vraiment trop. On pourrait même penser à un certain moment qu’on regarde un très long film. Malgré quelques longueurs et un manque flagrant de volonté des autres personnages d’affronter Garner, à l’exception de Lewis. On passe relativement vite à travers la série.

Sur l’échelle Popcorn et Pantoufle, nous lui donnons 2 étoiles sur 5

Une étoile toute spécial pour Juliette Lewis

Version française : Camping

Version originale : Camping

Durée : 8 Épisodes

Classement : Comédie